102015Nov

La conférence de Satya Nadella : future is now

Le 10/11/2015
Par Chloé Decombes







Elle était extrêmement attendue, et nous avons eu la chance d’y assister. On parle évidemment de la conférence donnée par Satya Nadella en ce jeudi 9 novembre : retour sur une conférence qui nous a fait rêver. #SatyaInParis

 

Satya Nadella : le PDG de Microsoft est à Paris

Le 9 novembre dernier, direction La Sorbonne pour assister à « Innovation & Tech : quel sera votre métier de demain ? ». Si vous nous suivez sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook par exemple), vous aviez pu constater que nous n’étions pas les seuls à trépigner d’impatience devant l’entrée de la magnifique Sorbonne. La conférence s’est tenue dans le grand amphithéâtre de La Sorbonne, un lieu chargé d’histoire, qui soulignait un drôle de paradoxe avec le thème de la conférence. 

Le grand amphithéâtre

 

Un exorde qui met l’eau à la bouche !

Le temps que tout le monde s’installe, nous avons assisté à une projection qui illustrait la vision du futur selon la firme de Redmond… Vous vous souvenez de ce film avec Tom Cruise, Minority Report ? On y serait presque (enfin, quelques années près) ! De fait, une superbe vidéo, tellement bien faite que l’on pourrait déjà s’y voir. Le court-métrage insiste notamment sur les avancées médicales, scientifiques ainsi que sur un formidable gain en productivité. Leurs ambitions : rendre tous les objets connectés, abolir les frontières, ouvrir le monde sur le monde. Par ailleurs, plus concrètement, nous avons pu voir la démonstration d’une de leurs nouvelles prouesses : Skype Translate, une traduction en quasi temps réel. Mais le plus frappant restera sans nul doute la traduction du langage des signes, que vous découvrirez certainement sous peu. 

En somme, ce fut une belle mise en bouche qui annonçait une suite des plus plaisantes.

Le déroulement de la conférence m’a vraiment fait penser aux shows à l’américaine, certes de façon un peu plus réservé, mais c’est notre côté frenchy qui veut ça. Le grand nombre d’intervenants, et les présentations de 15 minutes ont permis de dynamiser la conférence et de tenir l’audience en haleine. 
Donc, les différents intervenants se sont succédés, mais ne se ressemblaient pas, et avaient tous un projet différent, un discours différent… Somme toute, très captivant ! Bon, on vous l’avoue quand même, nous on attendait de pied ferme l’apparition de Satya Nadella… Mais nous y reviendrons !

 

Qui étaient les intervenants ? 

Bernard Ourghanlian, Directeur technique de Microsoft France, ouvre le show sur la technologie invisible, ou l’intelligence ambiante. Un axe de réflexion sur les avancées technologiques que nous ne voyons pas, mais qui sont belles et bien là. Aujourd’hui, nous ne nous en rendons pas assez compte, mais notre maison est connectée, l’énergie est réalisée de façon novatrice et renouvelable. Une entrée en matière soft mais très intéressante et maitrisée. 

Ce fut ensuite au tour de Nicolas Ferrary, le Directeur France d’AirBnb, vous savez cette petite startup qui permet aux particuliers de louer leurs biens immobiliers à d’autres particuliers… Diverses petites anecdotes et un esprit positif ont rythmé son intervention. Il a beaucoup insisté sur l’aspect humain de l’entreprise, l’esprit d’équipe et de cohésion qui semblent être, chez AirBnb, des valeurs primordiales. Leur leitmotiv pourrait être « To give everyone a chance ». D’ailleurs, l’AirBnb Open est parfaitement venu illustrer cela : les 12 et 13 novembre, à la Villette, un évènement a rassemblé hôtes, employés, et artistes pour échanger des idées, des moments, et des souvenirs. 

Nous avons eu la chance d’avoir Franck Le Moal, et Eric Pradon, respectivement CIO (Chief Information Officer) et Directeur administratif et financier de Louis Vuitton Malletier. Leur crédo ? « La révolution des métiers et de l’expérience client ». Leur idée ? Organiser un grand concours, « Unlock The Future of Luxury ». Une volonté ? « Créer en 48 heures un concept d’application à l’aide d’algorithmes qui permettra d’analyser, de prévoir les tendances et l’évolution de la marque en utilisant des données internes et externes. ». Une courte vidéo diffusée par rétroprojecteur nous a permis de sentir un bel esprit de travail, de belles idées, et un petit peu de fatigue aussi… Il faut dire que bon nombre des participants étaient relativement jeunes, sans vouloir stigmatiser bien entendu ! C’est une grande première pour le groupe LVMH, et nous saluons cette belle initiative.

L’un des intervenants qui nous a le plus interpellé, c’est sûrement Yves Ubelmann. Un architecte qui revenait tout juste d’une mission en Afghanistan (il avait atterri la veille, c’est pour dire). Il est le fondateur d’Iconem, une société qui propose des solutions digitales pour explorer et comprendre notre héritage culturel. Ses solutions s’axent notamment sur la technologie des drones, des drones si puissants qu’ils permettent à Yves et son équipe de reproduire numériquement des sites culturels, pour en comprendre le fonctionnement, la nature, l’histoire… Mais aussi pour conserver certaines données historiques qui pourraient être détruites au fil du temps et des hommes. C’est le cas du village d’où il revenait, qui va être rasé au profit de l’extraction de ressources minières. 

Ubelmann - reproduction 3D

Ce fut alors au tour du directeur de l’ENSAE Paris Tech, Julien Pouget de faire son apparition. L’ENSAE est une école qui forme des data-scientists, dans une perspective de prévision et d’aide à la décision. Il qualifie son enseignement de science quantitative (collecte des données) et de science sociale (interprétation de ces données). Chose étonnante, toutes les filières sont acceptées au sein de son école : scientifique, évidemment, mais également économique et sociale, et surtout littéraire ! 

Pour clore cette première partie, Erwan Kezzar, directeur de Simplon, est monté sur scène pour nous parler du fonctionnement de son école. Simplon, a un fonctionnement exemplaire. C’est une école numérique qui permet aux jeunes en décrochage scolaire d’être formés aux métiers de développeur web et java. Erwan Kezzar refuse le déterminisme social, et a agi en conséquence. D’ailleurs, 15 de ses élèves qui étaient eux-mêmes sortis du cursus scolaire, se retrouvent aujourd’hui à délivrer des cours de code auprès des élèves d’HEC. 

 

Satya Nadella : tout pour les Datas

Une journée bien chargée pour Satya Nadella, qui le matin même avait annoncé à l’Elysée qu’il investirait 70 millions d’euros dans les startups françaises, et 13 millions d’euros dans les écoles françaises pour faciliter l’enseignement du code et des métiers informatiques.

C’est au sein du prestigieux amphithéâtre de La Sorbonne que le PDG de Microsoft nous a dévoilé ses projets pour la nouvelle Ere de la data. 

Satya Nadella

Nous connaissions la data par l’environnement de données constitué des outils SQL Server, Power BI et Power Query. Aujourd’hui, avec Cortana (le Siri de Microsoft), Delve (une application Office Graph pour Office 365), ainsi que les nouveaux services Big Data Azure, la firme de Redmond a de quoi exploiter une infinité de données. Ils ont pour objectif de mobiliser ces données pour répondre, par la suite, à diverses problématiques, idéalement, à toutes les problématiques. Satya désire réinventer la productivité avec les datas, il veut réécrire les définitions d’ordinateur et d’écran. L’abolition des frontières entre le physique et la technologie, c’est une de ses grandes ambitions. Sur le plan personnel, il prend l’exemple de sa « Microsoft Band » et des informations qu’elle peut collecter sur lui au gré de son utilisation. Il voudrait les transformer en graphiques, en feedback constants sur son lifestyle, sur sa santé… Pour finalement devenir son propre coach, son propre médecin. 

Amir Netz, Un opérateur technique, est ensuite appelé à intervenir. Il nous fait participer au traitement des datas par la puissance sonore de nos voix. Je vous explique : un micro est branché pour enregistrer la fréquence des vibrations de la salle. Ensuite il nous demande de crier aussi fort que l’on peut « PA » à gauche et « RIS » à droite. Les décibels sont traités grâce au Cloud, et virtuellement, deux ballons gonflent jusqu’à éclater lorsque les décibels sont trop forts. Cet exemple était surtout destiné à nous montrer à quel point le traitement des données est rapide et réactif. 

La conférence s’est terminée par une table ronde animé par Laurent Massoulié (Directeur du centre de recherche Commun IRIA), Nicolas Leroux (Directeur de la recherche Criteo), et Florent Péronnin (Directeur Facebook France AIR LAB, recherche et développement). Le thème portait sur « La recherche en machine learning ». Trois passionnés pour qui la Science est plus importante que la concurrence. Pour eux, une recherche de qualité est une recherche qui se doit d’être publique.

Somme toute, c’était une conférence dynamique, avec une multitude de personnes admirables, nous avons eu la chance d’y assister, et nous voulions partager notre compte rendu avec vous. Je vous invite vivement, si vous êtes curieux, à aller voir le film de la conférence, qui est d’ores et déjà disponible sur channel 9.

A très vite !